fbpx

Les solitaires adoptent Cyclops pour la Route du Rhum

Dans la compétition hautement technologique des courses transatlantiques, le control précis de charge sur le gréement est essentiel.

Point d’orgue du calendrier des IMOCA, la Route du Rhum représente l’aboutissement d’années de travail acharné pour de nombreux marins et l’opportunité de concourir pour l’un des titres les plus mythiques de la course au large.

La mise au point de réglages précis, l’analyse et la préparation technique qui y sont apportés par l’élite mondiale des coureurs au large et leurs équipes sont sans égal. La nouvelle génération d’IMOCA 60 est une machine ultra performante de la proue à la poupe. L’un des grands défi est de mettre au point des réglages optimales dans toutes les conditions de temps et de navigations pour profiter du vrai  potentiel de vitesse et de puissance le plus régulièrement possible tout au long de la course.

Quand les leaders mettent la main sur une technologie qui leur permet d’optimiser leur performance, il ne faut pas longtemps avant qu’elle ne se répande dans toute la flotte.

Cela a été le cas avec les capteurs de charge sans fil Cyclops et en particulier le capteur Smartlink pour le gréement textile (photo ci-dessous).

smartlink sur Groupe Apicil

En courses les skippers solitaires doivent optimiser leurs systèmes à bord pour que  les manœuvres  et les changements de voile ne les ralentisse pas. La fiabilité des capteurs de charge Cyclops permet aux marins de se concentrer sur l’essentiel et de tirer le meilleur parti de leur équipement. La conservation de l’énergie et de la concentration mentale est cruciale dans la navigation en solitaire, les réglages répétés éliminent les conjectures réduisant les risques  d’erreurs.

La course au large, surtout en solitaire, présente le défi de naviguer de nuit. Sans une visibilité complète des voiles et du gréement, les capteurs de charge Cyclops sont vos yeux dans la nuit. Grâce aux données de tension transmises sans fil aux écrans du cockpit, les skippers peuvent rester à l’abri tout en étant sûrs que le bateau est dans la zone optimale de son potentiel.

Nombre des plus performants comme Apivia de Charlie Dalin, LinkedOut de Thomas Ruyant et Groupe Apicil de Damien Seguin utilisant les capteurs ont initié le mouvement suivi d’une vague de nouveaux IMOCA comme Maitre Coq du champion du Vendée Globe Yannick Bestaven, Initiatives Coeur de Sam Davies, Malizia de Boris Hermann et Holcim PRB de Kevin Escoffier (pour n’en nommer que quelques-uns) qui ont été lancés au cours de l’été avec Cyclops Marine à bord.

Arrivant à quai cette semaine à Saint-Malo, une grande part des meilleurs IMOCA 60 sont désormais équipés de Cyclops.  Les marins et leurs équipes accordent une grande confiance aux données récoltés en directes par les capteurs pour surveiller certains points critiques des voiliers:

“On compte beaucoup sur les smarlink de Cyclops fixés sur les bastaques. C’est tellement mieux que le coup de corde avec les doigts qu’on faisait à l’ancienne pour sentir la tension. Aujourd’hui quand quelqu’un change les informations sur l’écran de control on voit tout suite qu’il nous manque cette info. Les données permettent de faire le bon réglage tout de suite.

Paddy Hutchings, gréeur sur Oliver Heer Ocean Racing:

smartlink sur Oliver Heer Ocean Racing

Ce qui rend smartlink si utile, c’est la possibilité d’installer rapidement les capteurs dans votre système électronique existant, en vérifiant immédiatement vos paramètres avec une précision totale. Son immense autonomie de 2 000 heures signifie que vous pouvez l’installer et le laisser pendant des mois dans les conditions les plus difficiles.

Et ils ne sont pas seulement destinés au réglage à terre. Les marins voient tous les capteurs Cyclops en direct pendant la navigation, car les chiffres sont envoyés via Bluetooth aux instruments de bord. Cela signifie que toucher le bon réglage équivaut à voir les bons chiffres, ajustable en temps réel. Avec autant de données et d’analyses en course, les équipes IMOCA en ont fait une science. Les capteurs Cyclops enregistrent toutes les données permettant de les exploiter en croisant avec d’autres donnés comme la vitesse, le vent, l’allure pour une analyse en profondeur.

Il y a aussi un autre bénéfice majeur avec ces capteurs, la sécurité. Une défaillance du gréement peut être non seulement très grave en course mais aussi dangereuse.

 “Nous utilisons les capteurs pour collecter des données sur les limites des différentes cordes et câbles pour éviter la casse pendant les courses”

Will Holland, Technicien sur Medallia avec Pip Hare
©Ocean Images; Pip Hare Ocean Racing

“Lorsque je navigue seul à travers les océans, je dois compter sur tout l’équipement du bateau, je suis donc ravi d’utiliser la technologie de Cyclops Marine

Pip Hare, Medallia

La technologie Cyclops s’est aussi répendue parmi la flotte des Ultimes que Banque Populaire XI et Sodebo Ultim 3 utilisent tous les deux. Sodebo par exemple a ses voiles d’avant sur enrouleur prêtes à partir, avec un smartlink 10t gréé dans le point d’amure du J0.

Avec leurs gréement textile contrôlés par Smartlink, les équipes s’apprêtent maintenant à installer des goupilles de charge Cyclops dans leur gréement dormant, permettant ainsi une surveillance complète de la tentions.

Les capteurs Cyclops ne sont pas réservés à la course au large. La gamme Cyclops Marine s’adresse aux voiliers petits et grands, et à tous les niveaux du sport, Côtier et hauturier.

Trouver un détaillant.

ou contacte Cyclops pour trouver le capteur adapté à votre bateau !


Browse Wireless Load Sensors…

Other Recent News

Do you know your rig limits?  

Read More

Interview with Cyclops CTO Ed Colby at METSTRADE 2022

Read More